Paris à vélo : Anne Hidalgo prépare un “Code de la rue” en 2023

La maire de Paris, Anne Hidalgo, relance son projet de créer un “Code de la rue” parisienne. Une “phase de concertation” doit avoir lieu dès février avec l'objectif d'aboutir à la publication, en juin, de nouvelles règles pour améliorer la sécurité routière.

Des cyclistes à Paris boulevard de Sébastopol
Anne Hidalgo veut un "Code de la rue" pour apaiser les déplacements à Paris.(Boris Cassel)

Trottinettes électriques sur les trottoirs, automobilistes garés sur les pistes cyclables au prétexte qu’ils n’en n’ont « que pour 5 minutes » et qu’ils « bossent », eux, ou encore cyclistes souffrant de protanopie (daltonisme) à l’approche des feux tricolores… Aux heures de pointe, certaines rues de Paris sont sens dessus dessous. Pour remédier au boxon, la maire de Paris, Anne Hidalgo a remis sur la table - lors de la présentation de ses voeux 2023 aux élus et personnels - son projet de créer un « code de la rue ». Avancée lors de sa campagne pour les municipales de 2020, cette mesure doit être discutée lors d’une concertation « associant habitants, experts, partenaires publics comme privés » et aura pour objectif de « déboucher sur un code de la rue » parisien qu’Anne Hidalgo veut voir publié en juin 2023.

Et pourquoi ? La « difficile cohabitation entre les piétons, les cyclistes, les trottinettes, les taxis, les véhicules de livraison et les bus » est la principale « préoccupation » qui ressort d'une consultation citoyenne effectuée à l'automne, a justifié Anne Hidalgo à l'Hôtel de Ville. Sur ce sujet de sécurité routière, « ça ne va pas », a reconnu l'ex-candidate du PS à la présidentielle, « nous allons régler les problèmes ».

Depuis les grèves dans les transports en 2019, la crise sanitaire et l'aménagement des « coronapistes », vélos, trottinettes, monoroues et autres engins de déplacement personnel motorisés (EDPM) se sont multipliés dans la capitale. Le succès est tel que les cyclistes connaissent leurs premiers bouchons aux feux rouges: l'étroite piste du boulevard Sébastopol, une des plus fréquentées d'Europe, enchaîne les records et enregistre jusqu'à 18 000 passages par jour.

Avec cette vague, ont aussi augmenté les incivilités qui mettent en danger utilisateurs et piétons. Pour l'adjoint à la transformation de l'espace public David Belliard, interrogé par l'AFP, il s'agit de parvenir à une «bonne cohabitation» tout en « protégeant les plus vulnérables, donc en donnant la priorité aux piétons ».

La lutte contre le « désordre dans les rues et sur les trottoirs » est aussi la priorité fixée par l'adjoint à la sécurité Nicolas Nordman à la police municipale, qui doit être renforcée par 1 000 nouveaux agents en 2023.