Alltricks : les secrets du leader français de la vente de vélos en ligne

Ouverture de deux magasins supplémentaires, développement du vélo reconditionné, refonte de Troc Vélo… Alltricks accélère, notamment dans le vélo d’occasion. Le point avec le directeur marketing sur les projets vélos de ce fleuron de la French Tech.

Yohan Michel, le directeur marketing de alltricks dans les locaux du site internet à Montigny-le-Bretonneux
Alltricks devrait ouvrir deux nouveaux magasins d'ici à la fin de l'année, comme l'indique Yohan Michel, directeur marketing de la société.(Boris Cassel)

Alltricks. Inutile d’expliquer ce mot sibyllin aux fondus de la petite reine : ils sont, tous, ou presque, déjà tombés sur ce site internet, leader de la vente en ligne de vélos et matériel pour cyclistes. Pour les néophytes de la bicyclette, comprendre la puissance d’Alltricks est assez simple : tapez “vélo” dans votre moteur de recherche préféré. Voilà, vous avez compris : Alltricks, apparaît à la première place dans les résultats “naturels”. Aujourd’hui, Alltricks c’est 2 millions de visiteurs chaque mois, un peu plus de 170 millions d’euros de volume d’affaires par an, 160 000 produits différents en vente, des milliers de vélos vendus et 350 salariés.

Que de chemin parcouru, depuis le lancement, il y a quatorze ans. A l'époque, le contexte était un peu différent. Accoudé à une grande fresque murale traçant l’histoire de sa boîte, Yohan Michel, le directeur marketing d’Alltricks recontextualise : « Le fondateur Gary Anssens, était un compétiteur de VTT et de BMX. En novembre 2003, il a fait une grave chute avec double fracture, la colonne et le rachis ont été touchés » . Une épreuve de la vie qui le pousse à vouloir profiter au maximum. « Il s’est lancé dans le e-commerce, notamment celui de mini motos » , raconte Yohan Michel. En 2008, Gary Anssens lance Alltricks, premier site français de vente de pièces détachées de vélos. « Au départ, le site était spécialisé dans la vente de pièces de BMX et de VTT. Gary stockait les pièces détachées dans son garage et les livrait lui-même en smart décapotable. » Très vite, les commandes affluent et l’entreprise élargit son offre à la vente de vélos complets. Avec un coup de génie. Alors que les grandes surfaces spécialisées dans le sport (Decathlon, Go sport, Intersport etc.) vendaient leurs propres marques de vélos à bas prix, Alltricks table sur les passionnés en misant sur des marques de vélos “premium” et une livraison ultra rapide. Bingo ! Le service décolle, Alltricks élargit son offre en se lançant dans la vente d'articles de running (2015) et de sports "outdoor" (2017). Les levées de fonds s’enchaînent jusqu’à l’entrée au capital de Decathlon en 2019.

Alors, Alltricks une simple vitrine commerciale de Decathlon désormais ? « Nous avons gardé notre indépendance, nous prenons les décisions que nous voulons » , nuance Yohan Michel. Mais l’arrivée de ceux qu’il qualifie de « rois de la distribution physique» , n’est pas sans intérêt, au moment où Alltricks … ouvre des magasins. Coignières (78), Issy-les-Moulineaux (92), Bron (69), Toulouse (31)… Alltricks dispose déjà de six commerces physiques. « Nous allons en ouvrir deux supplémentaires d’ici à la fin de l’année, à proximité de Bordeaux (Mérignac) et de Lille (Villeneuve-d’Ascq) » , souligne Yohan Michel. Où est la logique ? Pourquoi un pure player du vélo en ligne investit-il dans des magasins ? « Cela nous permet de toucher des utilisateurs qui n’achètent pas de vélo sur internet et de proposer des marques qui ne souhaitent pas être vendues en ligne » , assure Yohan Michel. Et de poursuivre : « Les magasins nous offrent la possibilité, aussi, de proposer des services comme l’étude posturale (l’étude de la position sur le vélo, ndlr) » .

Mais la plus grosse évolution d’Alltricks ces derniers mois, c’est son entrée fracassante sur le marché des vélos d’occasion, avec, notamment, le développement d’une offre de vélos reconditionnés dénommée “seconde life”. « Nous remettons les vélos en état nous-mêmes, dans notre entrepôt de Châteaudun (28) » , souligne Yohan Michel. Et d’où viennent ces vélos ? Retours clients suite à des petits défauts, création d’un service de reprise à distance… Mais aussi une source plus surprenante. « Nous avons noué des partenariats avec des équipes professionnelles de cyclisme pour récupérer leurs vélos en fin de saison » , souligne Yohan Michel. Et d’ajouter : « demain, vous pourrez acheter le vélo d’un cycliste professionnel.» Objectif de toutes ces initiatives : devenir le « premier portail de vélo reconditionné en France.» Un marché sur lequel la concurrence est rude. « Nous n'en sommes qu’au début » , reconnaît Yohan Michel, « tout laisse à penser que cette activité va exploser » .

Et c’est bien pour cette raison qu’ils ont fait l’acquisition, début 2021, de Troc Vélo, le site de vente de vélos d’occasion très apprécié de la communauté vélo. Sauf que l’histoire ne s’est pas déroulée exactement comme prévu. Fin 2021, le site est complètement revu, à la veille d’un passage dans l’émission Capital de M6. « Nous savions que nous allions faire face à un pic de fréquentation. Mais l’ancienne version du site était basée sur une technologie vieillissante » , résume Yohan Michel. Or, un passage à la télé, ce sont des milliers de personnes qui se connectent toutes subitement, au même moment, à un site internet. Dans ce genre de situation, sans préparation, la plupart des sites explosent littéralement sous la charge. Un peu comme un ordinateur qui planterait alors qu’on lui demande trop de choses à gérer en même temps. Avec, parfois, des pertes de données à la clé. « Pour que le site tienne, nous nous sommes mis la pression pour en sortir une nouvelle version avant la diffusion de ce reportage, sauf qu’elle n’était pas complètement prête» , raconte Yohan Michel. Forum, géolocalisation des annonces etc. De nombreuses fonctionnalités passent à la trappe. Et la communauté vélo s’en émeut, multipliant les avis négatifs sur les réseaux sociaux. « Il nous a fallu trois mois pour rétablir les anciennes fonctionnalités » , reconnaît le directeur marketing, avant de positiver pour l’avenir : « nous préparons une nouvelle version du site avec de nouvelles fonctionnalités qui arriveront dans les prochains mois » .

Derniers articles

un cadenas partagé sharelock dans une rue de Saint-Ouen
Test de Sharelock : le réseau de cadenas partagés pour les vélos
Publié il y a 1 mois
Le vélo à assistance électrique Loft Go de la marque Electra sur un chemin de randonnée
Test du vélo électrique Electra Loft Go : un tapis volant pour la ville
Publié il y a 2 mois
un feu rouge pour cycliste à paris
Alerte : de nombreux vélos électriques rappelés pour des problèmes de freins !
Publié il y a 3 mois
un vélo dans la rue à bruxelles
MesAidesVélo : ce site vous déniche des subventions pour acheter un vélo
Publié il y a 3 mois
des cyclistes boulevard sébastopol à Paris
Mai à vélo : la grande fiesta du biclou à côté de chez toi !
Publié il y a 3 mois
pub